Synode extraordinaire du 22 août 2020

Hier, la session extraordinaire de notre Synode national a eu lieu à l’Augustinerkirche de Zurich.

Sujet : Le mariage pour tou·te·s.

Après que le mariage civil a été décidé pour tou·te·s en Suisse et que les délégués synodaux ont exprimé leur accord l’année dernière, nous avons discuté pour savoir comment nous, en tant qu’Église catholique chrétienne de Suisse, traitons le « mariage pour tous ».

Nous avons la bénédiction des couples homosexuels depuis des années. Il y a eu de bonnes présentations, des rapports et des discussions ouvertes. Une bonne session. Et le résultat : une forme commune de mariage pour tou·te·s se rapproche. Peu importe qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel. Le vote du synode a été clair.

--> Lire article dans 24 Heures
--> Lire article dans La Croix
--> Lire article dans Cath.ch (pdf)
--> Lire article dans 20 Minutes (pdf)
--> Lire/écouter article dans Réformés (en ligne)

J’ai perdu la foi

Faut pas croire du 15 février 2020

La foi, on peut l’avoir ou pas, la trouver, la perdre, la voir se transformer au fil des événements de la vie. Mais au fond, qu’est-ce que la foi ? Que perd-on quand elle nous quitte ? Que gagne-t-on aussi peut-être ?
Témoignages recueillis par Murielle Landry, suivi d’une discussion avec Xavier Gravend-Tirole, théologien et aumônier, et Jacques Besson, Prof. hon. de psychiatrie UNIL.

 

 

Comment vit-on l’unité des chrétiens au Congo ?

18 – 25 janvier 2020 : Semaine de prière pour l’unité des chrétienspar Monique Bassin

Cette année, c’était au tour des chrétiens de Malte de préparer la cérémonie unitaire. Ils nous ont rappelés que Saint Paul avait souffert de la mer déchainée à Malte, il y 2’000 ans. Au Congo, les éléments se déchaînent aussi : dans les provinces du Kivu, les rivières Osso et Lowa débordent régulièrement. La plus grande misère y règne et des groupes armés sévissent, laissant des orphelins et des enfants-soldats dans la détresse. Etre Partenaires, l’œuvre d’entraide de l’église catholique-chrétienne de la Suisse, soutient le diocèse anglican pour combattre les épidémies, telles que le choléra, la dysenterie et le typhus, sans parler du virus Ebola qui est réapparu l’année passée.

A Goma, le 25 janvier, la prière œcuménique s’est terminée par une visite de solidarité aux prisonniers. Mgr Desire Mukarniwa, évêque anglican, a mobilisé les chrétiens pour aller les nourrir et les vêtir. Les paroissiens des communautés catholique-romaine, anglicane et luthérienne ont ainsi cuisiné des haricots et du riz, et rassemblé des vêtements. Tous se sont retrouvés le dimanche à 15 heures pour cette action.

Pendant la semaine qui précédait, les différentes communautés se sont rendu des visites matinales, d’une heure et demie, me dit-ton, ponctuées de prédications, de prières, de chants offerts par les différentes chorales. C’est vraiment sympa et revivifiant, m’écrit ma correspondante au Kivu, Claudaline Muhindo, épouse de Mgr Désiré : « […] les gens se retrouvent, et tu peux sentir une atmosphère spirituelle inhabituelle qui inonde l’espace et le cœur des gens – avec des sourires aux lèvres. »

 

Les religions méritent plus d’attention en Suisse

Mgr Harald Rein, évêque de l’Eglise catholique-chrétienne de la Suisse, en fonction depuis 2009 |© JacquesBerset

l’EchoMagazine a publié un article parlant de notre Evêque Harald Rein :

26.08.2019 par Barbara Ludwig, kath.ch, traduction et adaptation: Davide Pesenti

La Confédération accorde trop peu d’attention à la religion et aux communautés religieuses. C’est l’avis de HaraldRein, évêque catholique-chrétien suisse, de retour de l’Assemblée mondiale de “Religions pour la Paix”. Unedouzaine de confessions étaient représentées à la rencontre interreligieuse qui s’est tenue du 20 au 24 août 2019à Lindau, au sud de l’Allemagne

Lire tout l’article en ligne

Télécharger le pdf

Une soupe œcuménique et électronique pour la journée mondiale de l’eau !

Barbara Pulver et Monique Bassin

Pour la première fois, la diaspora de l’église catholique-chrétienne a organisé une soupe œcuménique à l’est de Lausanne. Une constante cependant, la collecte est toujours destinée au centre de jour Tumaini en République Démocratique du Congo, cette fois-ci pour le raccordement au réseau d’eau. Les orphelins de guerre et du sida y sont scolarisés, alimentés et soignés.

Cette soupe s’est glissée entre les soupes écossaises, protestante et catholique-romaine de ce quartier, qui ont toujours lieu le vendredi à midi. L’heure convient parfaitement aux retraités, moins aux actifs. Des paroissiens m’ont envoyé des mails de soutien et ont pu participer à la soupe par voie électronique : https://www.etre-partenaires.ch/fr/etre-partenaires-dons !

La date de la soupe coïncidait avec la journée mondiale de l’eau, le 22 mars. En ce qui concerne le centre de jour Tumaini, le budget mensuel pour le raccordement à l’eau est de 30 dollars. La vingtaine de participants sur place ont permis d’assurer avec leurs dons le raccordement annuel. (Nous espérons le financer sur deux ans par la participation électronique !)

La responsable du centre, Claudaline Muhindo, est mariée avec l’évêque anglican  Désiré Mukarniwa qui nous a transmis un message et une prière. Nous les avons lus dans l’église évangélique réformée de St-Jacques. Enfin, grâce à l’échange de mails avec l’aumônier scolaire de Bukavu, Jackson Bwira Cikaka, nous avons imploré la grâce et la protection de Dieu – en swahili : « Mungo », « Mola » et en lingala « Zambe » – pour toutes les population du monde.

Nous remercions la paroisse évangélique réformée de St-Jacques de nous avoir prêté les locaux, un soutien logistique et informatique par l’intermédiaire de son pasteur Olivier Keshavjee ainsi que les Sœurs de Saint-Maurice de Bex pour leur souriante présence, ainsi que tous les donateurs.

Monique Bassin

Création d’une plateforme interreligieuse vaudoise

Communiqué de presse

Création d’une plateforme interreligieuse vaudoise

Lausanne, le 24 janvier 2019 – Les acteurs des principales religions et confessions du Canton créent ensemble un lieu de partage et de concertation.

Cette plateforme institutionnelle regroupe les autorités de l’Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV), de l’Eglise catholique romaine dans le canton de Vaud (FEDEC-VD), de la Communauté israélite de Lausanne et du canton de Vaud (CILV), des Eglises anglicane et catholique chrétienne (FACCV), de l’Union vaudoise des associations musulmanes (UVAM) et de la Fédération évangélique vaudoise (FEV).

Les buts de la plateforme sont les suivants :

  • favoriser l’échange d’information sur le vécu des communautés et Eglises ;
  • penser et développer un souci commun du « vivre-ensemble » dans le Canton ;
  • favoriser et développer des initiatives et des projets qui manifestent l’importance d’une bonne prise en compte du fait religieux dans la société civile ;
  • permettre une réactivité commune en cas de situation de crise.

Chaque année, une communauté est chargée de l’organisation des rencontres. Pour 2018-2019, il s’agit de la CILV.

La plateforme se veut un organe officiel des autorités religieuses mentionnées ci-dessus et ne remplacera pas les multiples lieux de collaboration interreligieux déjà actifs et existant depuis de nombreuses années dans ce Canton et sur lesquels elle pourra au besoin s’appuyer.

Contact : coordination@interreligieux-vaud.ch

La plateforme interreligieuse avec (de g. à dr.) : Marianne Gani (CILV), Rafael Sergi (catholique chrétien), Christian Monod (FEV), Line Dépraz (EERV), Eliezer Shai di Martino (CILV), Xavier Paillard (EERV), Olivier Cretegny (FEV), Marie-Denise Schaller (ECVD), Christophe Godel (ECVD) et Sandrine Ruiz (UVAM). (© Photo: Gérard Jaton)

Boire tous à la même source

Plus d’une trentaine de personnes de confessions différentes ont participé à une veillée silencieuse en faveur des minorités religieuses persécutées jeudi 13 décembre 2018 à St-Laurent.

De nombreux Etats persécutent les minorités religieuses, la Chine par exemple. Pourtant, en ce qui me concerne, j’ai pensé particulièrement à une Pakistanaise : Asia Bibi. Rappelons les faits : le 14 juin 2009, cette ouvrière chrétienne boit une gorgée d’un puits proche du champ où elle travaille. Elle aurait même offert de partager l’eau à ses trois voisines musulmanes. Or, son eau serait impure car chrétienne…

L’affaire est remontée jusqu’à la Cour suprême où les juges ont eu le courage d’acquitter Asia Bibi le 31 octobre 2018. A ce moment-là, des manifestants ont envahi les grandes villes du Pakistan et paralysé le trafic, si bien que le gouvernement s’est engagé à ne pas s’opposer à un recours contre la décision de la Cour suprême.

Le mari d’Asia Bibi a demandé l’asile à l’étranger pour toute la famille, tandis que son avocat a fui le pays. Asia Bibi aurait été transférée dans un endroit sûr, au Pakistan.

Ces lignes sont rédigées à la veille de Noël, fête familiale et de partage : prions pour pouvoir partager en paix ce bien si précieux qu’est l’eau.

Monique Bassin