La foi en l’homme

Qu’est-ce la foi ?

article publié sur revue-reflets.org

Parmi les religions, face au défi du monde moderne, et pour certains, déjà, face à la postmodernité, le christianisme fait rupture avec le sentiment religieux et ouvre un nouveau champ à l’homme dans une nouvelle problématique de la foi.

Commençons par la conclusion. La pensée de Jésus fait rupture avec une pratique de sa religion et, par là même, avec une pratique des religions – ce qui l’a conduit jusqu’à la mort en croix. Pour ce juif nourri par la pensée hébraïque, la foi en Dieu passe par la foi en l’homme et, de même, la foi en l’homme passe par la foi en Dieu. La conséquence est fondamentale : la priorité, avant l’obligation du culte, c’est l’avenir de l’homme, de tous les hommes au-delà des différentes frontières pouvant opposer les individus. Autrement dit, pour le dire avec nos mots d’aujourd’hui, pour Jésus, l’ADN de l’homme, c’est la fraternité.

Lire tout l’article

Renforcer la solidarité par des offres d’accompagnement variées

Message de la Plateforme interreligieuse du canton de Vaud pour la fin de l’année 2020 

Télécharger au format pdf

Renforcer la solidarité par des offres d’accompagnement variées 

La Plateforme interreligieuse du canton de Vaud souhaite exprimer, d’une seule et même voix, son souci des personnes, qui, indépendamment de toute appartenance ou pratique religieuse, se trouvent isolées, désorientées, précarisées ou menacées par la crise sanitaire actuelle. Nous avons conscience que le mal-être de beaucoup de personnes se vit à l’abri des regards, à l’instar de la pauvreté, si souvent cachée elle aussi.  

Si nous mettons tout en œuvre pour desservir au mieux, et malgré les contraintes, celles et ceux qui ont besoin de rassemblements religieux pour se ressourcer et pour prier Dieu, si la plupart de nos lieux tentent de répondre à une demande sociale ouverte à quiconque, nous avons conscience de n’être que quelques gouttes d’eau dans un océan. Cependant, nous osons affirmer que chacune des gouttes qui émane de nos lieux peut compter, et compte vraiment, pour désaltérer un monde assoiffé d’espérance.  

Y a-t-il une « entité religieuse », habilitée à faire entendre une voix « experte », du moins autorisée, au nom des religions et confessions qu’elle représente, lorsque survient une crise sociétale majeure, comme cette pandémie, dont notre monde absorbe, depuis cet automne, la seconde vague ? En tant que jeune Plateforme interreligieuse du canton de Vaud, nous osons penser que c’est le cas. Nous appelons donc à l’intensification des liens et de la solidarité, pour le sens de l’existence en s’ouvrant confiant à l’autre, voire au tout Autre, notamment à l’approche des fêtes de fin d’année et à l’arrivée de la saison hivernale. 

Plusieurs actions et offres d’accompagnements sont conduites au niveau local, régional ou cantonal par nos Communautés religieuses en complémentarité et en partenariat avec des services publics et des associations. En cliquant sur le lien de chacune des communautés ci-dessous, vous trouverez des propositions variées d’accompagnements, de présences, de soutien concret (présence d’aumônier.ère.s dans les hôpitaux, EMS, institutions spécialisées, prisons, et organisation d’accueils avec distribution alimentaire), d’espaces de partage adaptés au contexte sanitaire, de temps de méditation et de ressourcements. 

En cette période de Noël et de fin d’année pleine d’incertitudes et de solitudes, il s’agit de sauver, ensemble, le sens des solidarités, le sens de la dignité humaine, la fraternité, la sororité et cette espérance en un monde plus juste et plus humble, dont nos traditions religieuses nous demandent d’être porteuses et porteurs.  

Que le passage prochain à l’an neuf nous soit donné comme la chance de vivre une transition en profondeur sur tous les plans : individuel et collectif, culturel et spirituel, économique et écologique. Nous croyons en un Dieu de bénédiction et demandons Sa bénédiction pour notre canton, pour notre pays comme pour notre monde. 

EERV (Eglise évangélique réformée du Canton de Vaud)  

FEDEC-VD (Eglise catholique romaine dans le canton de Vaud) 

CILV (Communauté israélite de Lausanne et du Canton de Vaud)  

UVAM (Union vaudoise des associations musulmanes)  

Personne de contact pour la Plateforme interreligieuse :  

Michel Racloz, 079 724 75 06, délégué du vicaire épiscopal LGF, Eglise catholique romaine dans le canton de Vaud  

Jean-Baptiste Lipp, 079 679 23 46, pasteur et membre du Conseil synodal, EERV 

Lien vers la Plateforme interreligieuse :  Accueil

Lausanne, le 14 décembre 2020 

Synode extraordinaire du 22 août 2020

Hier, la session extraordinaire de notre Synode national a eu lieu à l’Augustinerkirche de Zurich.

Sujet : Le mariage pour tou·te·s.

Après que le mariage civil a été décidé pour tou·te·s en Suisse et que les délégués synodaux ont exprimé leur accord l’année dernière, nous avons discuté pour savoir comment nous, en tant qu’Église catholique chrétienne de Suisse, traitons le « mariage pour tous ».

Nous avons la bénédiction des couples homosexuels depuis des années. Il y a eu de bonnes présentations, des rapports et des discussions ouvertes. Une bonne session. Et le résultat : une forme commune de mariage pour tou·te·s se rapproche. Peu importe qu’il soit hétérosexuel ou homosexuel. Le vote du synode a été clair.

--> Lire article dans 24 Heures
--> Lire article dans La Croix
--> Lire article dans Cath.ch (pdf)
--> Lire article dans 20 Minutes (pdf)
--> Lire/écouter article dans Réformés (en ligne)

J’ai perdu la foi

Faut pas croire du 15 février 2020

La foi, on peut l’avoir ou pas, la trouver, la perdre, la voir se transformer au fil des événements de la vie. Mais au fond, qu’est-ce que la foi ? Que perd-on quand elle nous quitte ? Que gagne-t-on aussi peut-être ?
Témoignages recueillis par Murielle Landry, suivi d’une discussion avec Xavier Gravend-Tirole, théologien et aumônier, et Jacques Besson, Prof. hon. de psychiatrie UNIL.

 

 

Comment vit-on l’unité des chrétiens au Congo ?

18 – 25 janvier 2020 : Semaine de prière pour l’unité des chrétienspar Monique Bassin

Cette année, c’était au tour des chrétiens de Malte de préparer la cérémonie unitaire. Ils nous ont rappelés que Saint Paul avait souffert de la mer déchainée à Malte, il y 2’000 ans. Au Congo, les éléments se déchaînent aussi : dans les provinces du Kivu, les rivières Osso et Lowa débordent régulièrement. La plus grande misère y règne et des groupes armés sévissent, laissant des orphelins et des enfants-soldats dans la détresse. Etre Partenaires, l’œuvre d’entraide de l’église catholique-chrétienne de la Suisse, soutient le diocèse anglican pour combattre les épidémies, telles que le choléra, la dysenterie et le typhus, sans parler du virus Ebola qui est réapparu l’année passée.

A Goma, le 25 janvier, la prière œcuménique s’est terminée par une visite de solidarité aux prisonniers. Mgr Desire Mukarniwa, évêque anglican, a mobilisé les chrétiens pour aller les nourrir et les vêtir. Les paroissiens des communautés catholique-romaine, anglicane et luthérienne ont ainsi cuisiné des haricots et du riz, et rassemblé des vêtements. Tous se sont retrouvés le dimanche à 15 heures pour cette action.

Pendant la semaine qui précédait, les différentes communautés se sont rendu des visites matinales, d’une heure et demie, me dit-ton, ponctuées de prédications, de prières, de chants offerts par les différentes chorales. C’est vraiment sympa et revivifiant, m’écrit ma correspondante au Kivu, Claudaline Muhindo, épouse de Mgr Désiré : « […] les gens se retrouvent, et tu peux sentir une atmosphère spirituelle inhabituelle qui inonde l’espace et le cœur des gens – avec des sourires aux lèvres. »

 

Les religions méritent plus d’attention en Suisse

Mgr Harald Rein, évêque de l’Eglise catholique-chrétienne de la Suisse, en fonction depuis 2009 |© JacquesBerset

l’EchoMagazine a publié un article parlant de notre Evêque Harald Rein :

26.08.2019 par Barbara Ludwig, kath.ch, traduction et adaptation: Davide Pesenti

La Confédération accorde trop peu d’attention à la religion et aux communautés religieuses. C’est l’avis de HaraldRein, évêque catholique-chrétien suisse, de retour de l’Assemblée mondiale de “Religions pour la Paix”. Unedouzaine de confessions étaient représentées à la rencontre interreligieuse qui s’est tenue du 20 au 24 août 2019à Lindau, au sud de l’Allemagne

Lire tout l’article en ligne

Télécharger le pdf

Une soupe œcuménique et électronique pour la journée mondiale de l’eau !

Barbara Pulver et Monique Bassin

Pour la première fois, la diaspora de l’église catholique-chrétienne a organisé une soupe œcuménique à l’est de Lausanne. Une constante cependant, la collecte est toujours destinée au centre de jour Tumaini en République Démocratique du Congo, cette fois-ci pour le raccordement au réseau d’eau. Les orphelins de guerre et du sida y sont scolarisés, alimentés et soignés.

Cette soupe s’est glissée entre les soupes écossaises, protestante et catholique-romaine de ce quartier, qui ont toujours lieu le vendredi à midi. L’heure convient parfaitement aux retraités, moins aux actifs. Des paroissiens m’ont envoyé des mails de soutien et ont pu participer à la soupe par voie électronique : https://www.etre-partenaires.ch/fr/etre-partenaires-dons !

La date de la soupe coïncidait avec la journée mondiale de l’eau, le 22 mars. En ce qui concerne le centre de jour Tumaini, le budget mensuel pour le raccordement à l’eau est de 30 dollars. La vingtaine de participants sur place ont permis d’assurer avec leurs dons le raccordement annuel. (Nous espérons le financer sur deux ans par la participation électronique !)

La responsable du centre, Claudaline Muhindo, est mariée avec l’évêque anglican  Désiré Mukarniwa qui nous a transmis un message et une prière. Nous les avons lus dans l’église évangélique réformée de St-Jacques. Enfin, grâce à l’échange de mails avec l’aumônier scolaire de Bukavu, Jackson Bwira Cikaka, nous avons imploré la grâce et la protection de Dieu – en swahili : « Mungo », « Mola » et en lingala « Zambe » – pour toutes les population du monde.

Nous remercions la paroisse évangélique réformée de St-Jacques de nous avoir prêté les locaux, un soutien logistique et informatique par l’intermédiaire de son pasteur Olivier Keshavjee ainsi que les Sœurs de Saint-Maurice de Bex pour leur souriante présence, ainsi que tous les donateurs.

Monique Bassin